Bande-annonce Teaser #1 du Concerto

Un avant-goût de la magie du Cristal Baschet

Bande-annonce Teaser #2 du Concerto

Le concert approche…

Making of du Teaser #1

Comment réaliser un teaser avec 3 bouts de ficelle

“Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre

Présentation du Concerto

“Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre

Suspendues au plafond et posées le long des murs, des feuilles de tôle, des pièces métalliques en tout genre, une sorte de grand bazar foutraque. Au milieu, la longue table en bois, table de travail et de convives, autour de laquelle on discute, généralement avec une tasse de thé, dans une ambiance qui conserve quelque chose des années 50. Il y a toujours quelqu’un pour passer et se joindre quelques instants à la conversation autour de la table. Puis on descend par une trappe, le long d’un escalier aux marches hautes et abruptes, dans une cave assez spacieuse, aménagée confortablement ; quelques tableaux disposés aux murs, le sol en tatami, des pupitres. Dans un coin, des feuilles coniques en carbone, en fibre de verre et en inox. Dans un autre coin, une tôle à voix. Et au fond, le Cristal.

C’est ici, rue Jean de Beauvais à Paris, dans l’atelier Baschet-Deneuve, que Bernard et François Baschet mènent leurs expériences de recherche sonore et de lutherie moderne au début des années 50. C’est ici que les sculptures et fontaines sonores Baschet naquirent les unes après les autres. Les Sculptures Sonores et les Structures Sonores, à la fois sculptures et instruments de musique, tout acoustiques à une époque où l’électronique semblait représenter l’avenir. C’est ici le berceau de l’instrument le plus abouti de leurs recherches : le Cristal Baschet. C’est aussi ici que m’a reçu Michel Deneuve, bien avant ce projet, le même Michel Deneuve qui travailla avec les frères Baschet dès la fin des années 70, pour développer une technique de jeu, un répertoire et perfectionner l’instrument.

Car Michel Deneuve, en plus d’être cristaliste, est compositeur et pédagogue. Il a publié récemment le résultat de ses quarante années d’expérience du Cristal Baschet dans une méthode de Cristal en deux volumes. En plus d’être cristaliste et compositeur, Michel est aussi une personne très généreuse. C’est sans doute la raison pour laquelle, après avoir découvert l’instrument, j’avais à cœur de mener un projet de plus longue haleine pour mettre en valeur l’instrument, dans un contexte symphonique encore assez inhabituel pour le Cristal. Aujourd’hui, après pratiquement sept années de travail, le Cristal Baschet de Michel Deneuve quitte donc une fois de plus son antre, pour mon Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre.

Le plateau d’orchestre de “Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre

Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre est une œuvre en trois mouvements, d’une durée de trente-cinq minutes environ : I. Kangloufe — II. Putting Ideas Together — III. Appia Antica

En soi, la forme musicale du concerto n’est pas nouvelle ; depuis des siècles, le concerto demeure l’une des formes les plus pérennes de musique. Pour les compositeurs, le concerto permet d’explorer les possibilités d’un instrument. Pour les interprètes, cette expérience soliste leur permet de se confronter à leurs limites techniques et expressives. Pour les auditeurs, elle permet la découverte plus poussée d’un instrument, d’un interprète, et d’un compositeur. Forme presque ludique, le concerto apporte donc à chacun une expérience musicale, visuelle et émotionnelle.

Chaque instrument, du piano au trombone, de la clarinette au violoncelle, a suscité l’enthousiasme de bien des compositeurs, parfois eux-mêmes interprètes. De nos jours, cet intérêt ne se dément pas et ce genre musical continue de se renouveler, à travers l’oreille des compositeurs d’aujourd’hui.

Détail du plateau d’orchestre de “Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre, côté soliste, chef d’orchestre et premiers rangs des cordes

Imaginons, maintenant, l’alliance de cette forme « classique » à la charge émotionnelle apportée par les sonorités d’un instrument tel que le Cristal Baschet… Intriguant, envoûtant et pourtant si récent, le Cristal, sous les doigts agiles de Michel Deneuve, sait déjà tirer parti tant de son raffinement visuel que de la beauté de ses sons, suscitant toujours l’émerveillement du public.

Malgré l’aisance de Michel Deneuve et la facilité apparente avec laquelle il interprète la partie de Cristal solo, dans les pages de musique exigeantes de mon Concerto pour Cristal Baschet, ses mouvements traversent parfois presque la frontière ténue entre le geste musical et des ébauches de pas de danse afin de surmonter les acrobaties techniques auxquelles l’oblige mon Concerto !

Entouré par un orchestre aux couleurs très typées, le son si riche et si singulier du Cristal Baschet, tour à tour cuivré ou lumineux, trouve écho dans les huit gongs spéciaux et le Waterphone MegaBass ; des résonances dans les sonorités chaleureuses de la flûte basse et de la flûte alto ; le vibrato affectueux de l’orgue Hammond B3 se fait caressant dans l’ombre du Cristal ; les pianos de saloon piaillent en stéréophonie ; de quelques notes inquiétantes, les cuivres se tapissent dans l’ombre d’une mer de cordes, se joignant au tableau mouvant d’un chemin incertain. Du capharnaüm le plus absolu au calme le plus intime, de l’agitation la plus désorganisée à la sérénité la plus douce, le Cristal Baschet traverse toute la partition avec la bienveillance d’un promeneur solitaire qui se ferait au passage quelques amis.

Et quand le soliste s’appelle Michel Deneuve, qui n’a jamais semblé connaître le mot « impossible » lors de nos sessions de travail, on dépasse alors la rencontre d’un instrument encore trop peu connu avec un public, pour ne garder qu’une belle rencontre tout court.

Le fond du plateau d’orchestre de “Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre, avec les derniers rangs de cordes, les bois, les cuivres et les percussion
Toutes les informations sur la première audition

Le Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre “Leading Astray”, d’Alexis Savelief, va être donné prochainement en première audition. Le concert aura lieu :

Quand ?

samedi 16 avril 2016, à 20h
Réservations : 01 40 85 64 71
Tarifs : 14 €, 10 €, 5 €

Où ?

à la Salle des Fêtes de Gennevilliers
(177, avenue Gabriel Péri)
Métro : Les Agnettes (ligne 13, direction Asnières-Gennevilliers)

Par qui ?

par Michel Deneuve au Cristal Baschet,
accompagné par l’Orchestre du Conservatoire
sous la direction de Jean-Louis Forestier

Le Cristal Baschet

Un instrument de musique singulier

Un Cristal Baschet

SLe Cristal Baschet est un instrument de musique de lutherie nouvelle, inventé par deux frères, Bernard et François Baschet, qui commencent leurs recherches en 1952.

L’instrument tire parti du principe de la verge encastrée : Le musicien — le cristaliste — humidifie ses doigts dans un récipient fixé sous le clavier. Les doigts, tels des archets, l’eau remplaçant la colophane, viennent alors caresser ou frotter les baguettes de verre. Élément excitant, celles-ci transmettent la vibration aux axes métalliques auxquels elles sont fixées. Ces tiges entrent à leur tour en vibration et sont la source de la hauteur du son, déterminée par la position des masses métalliques qui siègent à leur extrémité supérieure. Ancrés dans la table d’harmonie en métal, conductrice de tous les sons, les vibrations des axes métalliques se répandent et sont amplifiées à leur tour par les diffuseurs acoustiques du Cristal Baschet, l’un en inox, la « flamme », grande feuille pliée à la main par les sculpteurs de l’Atelier Baschet, deux autres plus petits, en forme de goutte d’eau et généralement réalisés en carbone, et parfois un grand diffuseur en fibre de verre pour amplifier les graves. Les matériaux employés pour ces différents diffuseurs déterminent le volume sonore et le timbre du Cristal. Aucun son électrique ou électronique n’est employé.

Les Artistes

Alexis Savelief

Compositeur

Alexis étudie dès l’âge de sept ans le violoncelle puis le piano. En 1998, il entre dans la classe de violoncelle de Daniel Raclot à l’École Nationale de Musique de Gennevilliers, où il obtient un Premier Prix en 2003. Deuxième Prix du Prix Régional de Picardie (PRICEM) en 2002, Alexis Savelief est invité à jouer le “Concerto pour violoncelle” de Camille Saint-Saëns en soliste avec l’Orchestre National de Picardie. Il est ensuite élève d’Emmanuelle Bertrand, avant d’entrer en 2007 dans la classe d’Annie Cochet puis d’Hélène Dautry au CNR de Paris, où il obtient son Prix du Cycle Supérieur en 2010. Il obtient également le diplôme du Département de Formation à l’Orchestre en 2011 puis le Diplôme de Musicien d’Orchestre au Centre de Formation des Musiciens d’Orchestre (CFMO — Orchestre-Atelier OstinatO) en 2013.

Parallèlement à ses études instrumentales, Alexis suit dès l’âge de onze ans des cours d’orchestration et de composition avec le compositeur Bernard Cavanna. Il est l’auteur de diverses pièces dont un cycle pour grand orchestre. En 2006, sa partition pour le film muet de 1921 “Nosferatu, Une Symphonie de l’Horreur” de Friedrich Wilhelm Murnau, composée à l’âge de 18 ans, est créée en ciné-concert par l’Ensemble 2e2m et l’Octuor de Violoncelles de Beauvais sous la direction de Pierre Roullier lors des « Rencontres d’Ensembles de Violoncelles de Beauvais », avant d’être reprise en 2011 par un ensemble orchestral sous la direction de Jean-Louis Forestier. En 2016, le ciné-concert est présenté à l’Opéra de Rennes avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne, dirigé par Pierre Roullier. En 2007, Alexis adapte pour le concert sa partition sous la forme d’une Suite pour grand orchestre, créée en 2008 sous la direction d’Alexandre Grandé. Sa dernière création est “Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre, écrit pour le cristaliste Michel Deneuve, et dont la première audition a eu lieu le 16 avril 2016.

Passionné par les instruments rares, Alexis joue du Waterphone MegaBass de Richard Waters, instrument pour lequel il a développé un « Guide de Notation », ainsi que sur des gongs Paiste et Tone of Life. Toujours curieux d’innovations, il explore actuellement de nouvelles possibilités au violoncelle avec un archet courbe BACH.Bogen.

Alexis Savelief, compositeur de “Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre
Michel Deneuve, cristaliste
Michel Deneuve au Cristal Baschet

Michel Deneuve

Cristaliste

Après cinq années de classe de percussions, Michel étudie la composition auprès d’Alain Kremski et de Horia Ratiu, puis la direction d’orchestre (École Roumaine).

Il écrit pour le théâtre, la chorégraphie, la poésie, le cinéma et compose de nombreuses pièces instrumentales, allant de l’instrument solo à l’orchestre symphonique. Son intérêt pour la musique contemporaine, sa formation classique et ses goûts musicaux allant bien au-delà de la culture occidentale, apportent aux compositions et interprétations de Michel Deneuve une richesse musicale où ces influences, ces courants musicaux variés, se côtoient, se complètent, sans jamais s’opposer.

En 1977, il rencontre Bernard Baschet et travaille auprès de lui sur la recherche et la connaissance des sons. Avec lui, il donne de nombreux concerts sous le nom de “Structures Sonores Baschet”. Il participe à la création et à la diffusion de l’œuvre pédagogique de Bernard Baschet en touchant de nombreuses classes de jeunes et en formant des enseignants.

C’est à cette même époque qu’il découvre le Cristal Baschet qui deviendra son unique instrument. Il étudie et met en pratique une technique de jeu dévoilant les qualités et les possibilités exceptionnelles du Cristal, pour lequel il compose un répertoire soliste et avec orchestre, transcrit des œuvres choisies tant dans le répertoire classique que contemporain. Son travail incite d’autres compositeurs à écrire pour lui : Jean-Christophe Adam-Walrand, Paul Hertel, Alain Labarsouque, Marcel Landowsky, Françoise Legrand, Aubert Lemelland, Ignacio Yepes, Horatiu Radulescu, Alain Kremski… Des commandes de musiques et récitals dans le monde entier lui permettent de faire connaître sa musique, cet instrument d’exception, et d’attirer d’autres cristalistes sur cette nouvelle voie.

Il interprète avec des solistes tels que le compositeur organiste Jean Guillou, le baryton-basse José Van Dam, la soprano Chantal Perraud, le violoniste Mario Vossen, les pianistes Georges Pludermacher et Alain Kremski, les flûtistes Philippe Bernold ou Jean Frerrandis, les trompettistes Guy Touvron, Romain Leleu, les violoncellistes Dominique de Williencourt ou Hervé Derrien, l’altiste Jean-Baptiste Brunier, le prestigieux Fine Arts Quartet ou encore le Quatuor Debussy.

En 2002, le Conservatoire de Brive-La-Gaillarde permet à Michel Deneuve d’ouvrir une classe de cristal. La classe se retrouve très vite avec un effectif permanent de 18 élèves. Ses cours sont désormais assurés chaque semaine par son élève et assistant Antoine Mas. Puis, en 2014, Michel Deneuve publie la première méthode complète de Cristal et un Traité d’instrumentation du Cristal à l’usage des compositeurs.

Il enregistre plusieurs CD, dont trois distribués par « Rue Stendhal Diffusion » : VOYAGE AUTOUR DU CRISTAL, DANSE DE DUNES et un double album CRISTAL. En 2015 paraît son album MAR SABA, suite d’études et de préludes composés pour Cristal seul.

Contactez-nous

Posez-nous vos questions, faites-nous part de vos commentaires.

Par courriel
contact@kangloufe.com
Par formulaire
en complétant les champs ci-dessous
Erreur lors de la validation du formulaire : veuillez vérifier tous les champs
La connexion au serveur a expiré.
Message envoyé avec succès ! Vous allez en recevoir une copie…
“Leading Astray”, Concerto pour Cristal Baschet & Orchestre

d’Alexis Savelief